LE TABAGISME PASSIF

LE TABAGISME PASSIF

Vous fumez avec le sentiment de ne polluer que vous. Dans notre article précédent, nous avons constaté l’impact du tabac sur l’environnement. Qu’en est-il de l’impact du tabac sur vos proches (enfants, famille, amis…) ? Et qu’en est-il aussi pour l’e-cigarette ?!

LE TABAGISME PASSIF ET SES CONSÉQUENCES

Le tabagisme passif consiste pour un non fumeur, à inhaler indépendamment de sa volonté, de la fumée de tabac. Cette dernière est dégagée par l’entourage direct et est présente dans l’air ambiant.


Il s’agit de la pollution domestique la plus répandue et la plus dangereuse.


Une personne exposée régulièrement à la fumée de cigarette connaîtra un taux d’intoxication bien supérieur à celui de la pollution de l’air atmosphérique environnante.


A chaque bouffée, l’air se remplit de la fumée en provenance de la combustion de la cigarette. Or, la combustion est un des facteurs les plus dangereux dans l’acte de fumer !


Les substances dégagées au moment de cette combustion sont particulièrement nocives. Aucun système de ventilation ou de filtrage de l’air n’est assez efficace pour éviter le risque d’intoxication.

Image de Willgard Krause

Ces substances cancérigènes peuvent aussi entraîner des troubles cardio-vasculaires mortels et d’importants problèmes respiratoires.


Le tabagisme passif augmenterait de 25 à 27 % ces risques pour les non-fumeurs exposés.


Des années 2006 à 2012, près de 36 000 personnes non-fumeuses mourraient en des conséquences d’un tabagisme passif. Soit 6000 décès par an.


Malgré les campagnes de prévention, on compte encore chaque année, 5000 personnes qui succombent des suites du tabagisme passif.

LES ENFANTS : PREMIÈRES VICTIMES

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) des millions d’enfants sont concernés par le tabagisme passif.


Souvent plus exposés que les adultes non fumeurs, ils le subissent davantage sans pouvoir réellement s’en défendre.


Si un enfant se plaint de la mauvaise odeur dégagée par la combustion du tabac, le fumeur s’empressera inconsciemment de rattacher cette plainte à un caprice face à une gêne malodorante plutôt que toxique.

L’enfant ne s’imposera pas aussi facilement que le ferait un adulte.


Pire encore, pour certains, ce fléau leur est déjà infligé bien avant la naissance.


Pour un fœtus cela peut entraîner une anomalie du placenta, des risques de malformations, de maladies pulmonaires, etc…
Ce sont également des risques de prématurité, de mort subite du nourrisson (multiplié par 5), etc.


Après la naissance, les risques ne sont pas moindres : bronchiolites, bronchites, pneumonies, problèmes respiratoires chroniques, asthme, etc.


De façon totalement insoupçonnée par l’entourage responsable, les enfants concernés peuvent avoir plus de problèmes de santé. On note entre autres, les otites, les troubles du comportements et les difficultés d’apprentissage.


Être exposé à un tabagisme passif enfant, conduit à multiplier les potentiels risques de maladies cardiovasculaires à l’âge adulte.

LE TABAGISME PASSIF ET LE VAPOTAGE

Les avis sont partagés !


Certains estiment que c’est un moindre mal. Ils exposent le fait que seule de la vapeur d’eau subsiste dans l’air, une minute tout au plus.


Un danger qui, selon eux, est mesuré, et bien moins important que celui engendré par la fumée de cigarette.


Pour autant, quand bien même ce serait le cas, il ne faut pas en oublier la toxicité liée aux composants des e-produits.


Dans cette vapeur d’eau sont mélangés divers constituants loin d’être anodins, dont la nicotine. Ils sont particulièrement toxiques pour les plus jeunes.


Pour ce qu’il adviendra du vapotage et de ces conséquences à long terme, personne n’a encore suffisamment de recul pour l’affirmer.

Image de Roland Mey

Nous savons que la nicotine présente dans de nombreux e-produits, reste préjudiciable à la santé.


Il va sans dire que la “fumée” rejetée par la cigarette électronique reste, de ce fait, nocive pour celui qui l’inhale.


Dans une étude récente, il est soulignée que la vapeur rejetée par la cigarette électronique modifie l’ADN. Elle entraînerait aussi la mort de cellules, qu’il y ait ou non de la nicotine dans le produit utilisé.


L’utilisation de la cigarette électronique conduit à la présence de particules fines dans l’air dont le taux serait équivalent à 18% de celui de la cigarette à tabac.


Un danger qui est reconnu plus faible à ce jour, peut-être, mais un danger qui reste présent tout de même, et pour lequel nous ne pouvons pas définir les conséquences (entre autres neurologiques) sur le long terme… !!!

L’Harmonythérapie : Une solution bien adaptée pour votre sevrage tabagique. Retrouvez-nous sur


www.be-harmony.fr

Leave comments

Your email is safe with us.

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.